DECLARATION DE GILLES LEPROUST, Maire d’Allonnes, Conseiller Général et 1er Vice-Président de Le Mans Métropole

A L’OCCASION DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE
DU JEUDI 19 DECEMBRE 2013
ET DU VOTE DU BUDGET

Quelques réflexions sur ce budget 2014, le dernier de cette mandature.

Tout d’abord, vous me permettrez d’aborder le contexte général.

En effet, nous le constatons tous pour ce budget, mais également pour le budget de nos communes, nous sommes confrontés à de forts vents contraires.

1/ dégradation sociale très forte qui conduit à beaucoup de souffrances chez nos concitoyens :

  • Emploi
  • Pouvoir d’achat
  • Difficultés à se soigner
  • Difficultés à se loger

Et cela pour une partie de la population de plus en plus importante.

Cela a un impact fort sur nos budgets et exige de notre part de plus en plus de services publics, seuls garants de l’accès aux droits : droit au logement, droit à l’énergie (eau – gaz – électricité), droit à l’emploi et à un travail, droit au déplacement…

2/ le second point est une politique nationale qui pressure les budgets des collectivités. :

  • Pour 2014 et 2015 : – 1,5 milliard
  • Et beaucoup d’inquiétude pour les années à venir si l’on en croit les déclarations des ministres concernés.

Venant d’un gouvernement de gauche, ce positionnement n’est pas à mes yeux acceptable, d’autant plus qu’il faut ajouter les diminutions de moyens aux différents ministères qui se traduisent sur le terrain par moins de fonctionnaires pour répondre aux attentes des usagers. Avec souvent comme conséquence un transfert de responsabilité sur les collectivités.

Pour mes collègues élus communistes et républicains et moi-même, cette situation n’est pas plus acceptable aujourd’hui qu’elle ne l’était hier sous le gouvernement précédent.

Aujourd’hui, comme hier, ce gouvernement manque de courage politique pour aller chercher l’argent là où il se trouve, notamment dans les actifs financiers, et ne doit pas tomber dans la facilité en allant puiser dans les poches du peuple.

On le voit avec l’imposition injuste et la hausse de la TVA qui va, de fait, frapper plus fortement les plus petits revenus.

J’évoquais précédemment les compromis de cette politique d’austérité sur le terrain pour les habitants.

Un exemple dans la presse locale de ce matin : il s’agit du Centre Hospitalier Spécialisé de la Sarthe. Depuis plusieurs semaines, l’Intersyndicale est mobilisée contre la suppression de 60 emplois dans les 2 ans à venir. Je les ai rencontrés, j’ai adressé des courriers aux divers Ministres.

Depuis 15 jours, emboitant le pas de cette mobilisation, 7 médecins, chefs de pôles et de services ont collectivement démissionné de leurs responsabilités administratives pour protester contre le manque de moyens au CHS d’Allonnes.

Ils écrivent dans leur courrier, je cite « nous voyons nos moyens fondre comme neige au soleil, que ce soit en termes de médecins ou d’infirmiers » et la réponse apportée par l’ARS est « nous analysons la situation ».

De qui se moque-t-on ?

Je vous propose chers et chères collègues que notre assemblée adresse un courrier à Mme TOURAINE, Ministre de la Santé, afin qu’une réponse soit trouvée rapidement.

Peut-être que certains pensent que je fais de la politique décalée de notre réunion budgétaire. Je ne le pense pas, car sur chacun de nos territoires, nous sommes confrontés à une multitude de situations, conséquences de la diminution d’action de l’Etat sur le terrain.

Et dans ce cadre, construire un budget équilibré répondant le mieux possible aux attentes des habitants devient un exercice de plus en plus difficile.

Je dois dire que, s’il n’y a pas rapidement des changements concrets, à la fois pour la vie des gens et pour les dotations aux collectivités, NOUS ALLONS DROIT DANS LE MUR, et cela quelles que soient nos sensibilités et l’abstention et le vote FN continueront à se développer.

Dans ce contexte, et cela sans en rajouter, je me félicite que ce budget, dans la suite de ceux construits depuis 2008, maintienne un bon niveau de service public à la population et soit préparé en étroite collaboration avec chacune des communes.

Ce budget continue :

  • A accompagner et encourager le développement économique
  • avec ces zones d’aménagement dédiées à la création d’entreprises comme la zone du Monné
  • en maintenant un bon niveau d’investissement déterminant pour l’emploi
  • un effort soutenu pour le logement
  • un maillage des transports collectifs efficaces qui relie de plus en plus nos différentes communes : T2 et T3, création de la ligne 26
  • à maintenir le niveau des emplois publics dans notre collectivité

et je n’oublierai pas la solidarité envers les territoires les plus touchés par les inégalités sociales et territoriales.

Dans ce contexte et comme je l’ai fait depuis 2008, je voterai ce budget, sans enthousiasme particulier, inquiet pour les budgets à venir, mais considérant qu’il peut, en 2014, apporter un certain nombre de réponses aux besoins des habitants de notre territoire.

Déclaration au Conseil Municipal du mercredi 18 décembre 2013 (Budget 2014)

Nous avons pointé lors du DOB, les incertitudes liées à ce budget 2014 et à celles qui suivront, renforcées par les décisions du gouvernement visant à réduire fortement les dotations des collectivités, -1,258 M€ pour la ville du Mans en 2014.

C’était un exercice prisé par la droite qui considérait notamment que les collectivités locales devaient réduire fortement leurs dépenses de fonctionnement pour appliquer sa règle du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux.

Que cet exercice soit aussi mis en œuvre par un gouvernement de Gauche, que nous avons contribué à mettre en place relève à la fois d’une erreur politique grave, mais aussi d’une forte atteinte au service public de proximité qui s’en trouve menacé, avec une incidence sur les créations d’emplois, dans le secteur public comme dans le privé, soutenues par nos collectivités dans le cadre notamment de leurs investissements.

Nous avons fait observer chaque année, lors de nos débats budgétaires, fin décembre, qu’il était assez particulier de décider de dépenses alors que nous n’avions pas délibéré sur les recettes.

Nous considérons que c’est une attitude qui atteste d’un sens des responsabilités que nous devons à nos concitoyens et nous approuvons cette nouvelle démarche visant à examiner l’ensemble de l’équilibre du budget.

Vous nous avez proposé Mr le Maire de procéder à un débat global sur le budget 2014 avec un engagement sur les prévisions de recettes et la poursuite d’une évolution modérée des taux. Cette évolution proposée pouvant être réduite par le Conseil Municipal élu en Mars, si « des informations fiscales influant positivement sur ce budget d’ici avril 2014 », étaient constatées. Pour nous, le premier signe positif doit venir du gouvernement, et nous le disons aussi à destination de nos collègues ayant, soit une responsabilité au gouvernement, soit un mandat de parlementaire.

Nous avons souvent évoqué la question des salaires et nous sommes sensibles aux revendications exprimées par les agents de la fonction publique, nationalement et localement, qui alertent sur l’évolution de leur pouvoir d’achat. Cette question vaut pour tous les secteurs d’activité.

Il est en effet insupportable de constater que les distributions de dividendes aux actionnaires, les pratiques de « primes aux grands patrons », que les réponses aux exigences du Medef sur les allégements de charge (suppression de la TP notamment), ont toujours une écoute bienveillante des gouvernements successifs, qui rappelons-le, au-delà des enrichissements personnels des plus aisés, n’ont eu aucun effet sur l’emploi ; alors que l’augmentation des salaires, principal vecteur de consommation et de croissance, donc de création d’emplois, reste totalement ignorée, tant du patronat que de ces mêmes gouvernements.

Pour autant, ces décisions salariales concernant la fonction publique relevant du gouvernement, nous souhaitons que soit affirmée dès maintenant l’exigence de dotations complémentaires pour que les collectivités puissent assumer le cas échéant, ces légitimes évolutions.

Le contenu de ce budget sera détaillé par domaine, mais nous souhaitons souligner quelques aspects importants.

La bonne situation financière de nos collectivités est le résultat d’une part de la gestion financière pour laquelle nous saluons la qualité du travail des services financiers et comptable, et d’autre part des efforts réalisés par tous les agents pour continuer à répondre aux attentes en constante évolution, et aux exigences très diverses du service public rendu aux habitants.

Sur ce point, nous avons pris acte de la prévision d’augmentation très mesurée des charges de personnels (+1,1%). Cette évolution intègre les charges supplémentaires liées aux nouveaux rythmes scolaires.

Au delà de notre remarque précédente sur l’évolution générale des salaires, et comme nous l’avons souligné lors du DOB, le maintien des effectifs pour assurer les missions de nos collectivités reste pour nous une priorité, d’autant plus qu’ils deviennent de plus en plus précieux dans une période de progression de la pauvreté telle que nous la constatons, avec un besoin en progression en terme d’interventions sociales.

Nous considérons important que malgré les inconnues pour les années à venir qu’il faut conserver un niveau d’investissement, hors grand projet, comparable aux années précédentes.

Lors du DOB, nous avons eu un échange sur le rapport et les orientations relatives au développement durable, en lien avec notre agenda pour le 21ème Siècle. Ces orientations traversent quasiment tous nos domaines de compétences et la présentation du Plan « Climat Energie » en est une traduction concrète.

De la même manière, le soutien aux associations, acteurs essentiels de notre ville et partenaires indispensables dans de très nombreux domaines, est très attendu, notamment par de nombreux bénévoles.

L’équilibre du Budget 2014, qui intègre la question délicate des recettes, répond aux priorités telles que nous les avions proposées en 2008. Des évolutions importantes du point de vue de la fiscalité ont jalonné ces années, fragilisant toutes les collectivités locales. Il est inconcevable de poursuivre dans cette voie et c’est le message que nous souhaitons adresser au gouvernement en place, que nous vous proposons de partager largement.

Pour le Groupe,
Bernard BREUX

MANDELA : LE SYMBOLE DE LA LUTTE POUR L’ÉMANCIPATION HUMAINE NOUS A QUITTÉS

C’est avec une très grande tristesse que nous apprenons le décès de Nelson Mandela. Un grand homme nous quitte.

Nelson Mandela restera à jamais le symbole de la lutte pour l’émancipation humaine, une de ces figures universelles qui marquent l’histoire. Face à un régime d’apartheid qui niait la dignité humaine et avait érigé le racisme et l’humiliation en système, il n’a jamais plié. Cela lui coûta 27 ans de bagne, mais le mena à la présidence de l’Afrique du Sud.

Avec ses compagnons de l’ANC, dans l’alliance indéfectible avec le Parti communiste sud-africain et la Cosatu, il se fixa et atteignit l’objectif qui paraissait insensé, d’unir tout son peuple sous la bannière de la Charte de la Liberté. Toute la destinée d’un peuple s’est incarnée en lui.

Madiba fut le premier président de sa nation élu au suffrage universel et non-racial.

Nous nous félicitons, avec beaucoup d’autres d’avoir contribué dès le premier jour et sans relâche à ce qui devint un puissant mouvement de solidarité internationale aux côtés de cette marche vers la liberté du peuple sud-africain.

Nous nous associons au deuil du peuple Sud-Africain qui est celui de l’Humanité toute entière.

Nous invitons les mancelles et les manceaux à venir déposer un message sur le registre de condoléances mis à disposition à l’hôtel de ville du Mans.

Pour le groupe des élus communistes et républicains,
Jean-François Soulard

Le 6 décembre 2013