Communiqué contre les expulsions locatives

GROUPE COMMUNISTE & REPUBLICAIN

COMMUNIQUE de PRESSE

                                          Les expulsions locatives : une violence inouïe !!!

Si pour le plus grand nombre des Manceaux la fin de l’hiver signifie le retour des beaux jours, des fleurs, le temps des balades dans les bois en famille, la possibilité de prendre un verre sur une terrasse, il en est d’autres, dans notre ville, qui voient arriver la fin de l’hiver avec un nœud dans le ventre, une appréhension du lendemain. Il s’agit de ceux qui sont menacés d’expulsion, à compter du 31 mars prochain. Le rapport annuel sur le « Mal logement » rédigé par la Fondation Emmaüs dénonce, encore cette année, une hausse de 24 % des expulsions locatives. Mais derrière les chiffres, il y a les drames qui frappent des familles.

 

Les expulsions locatives touchent des personnes qui,  dans la majeure partie des cas, sont de bonne foi mais ne parviennent plus à payer leur loyer suite à un accident de la vie, un problème de santé ou encore un découragement chronique qui les amènent à abandonner toute démarche. Ces personnes ont payé leur loyer régulièrement dans le passé mais se retrouvent dans une grande détresse.

On pense souvent que les familles expulsées sont relogées automatiquement et suivies par des travailleurs sociaux : c’est faux !!! Une partie d’entre-elles sont hébergées et cela pour un temps limité. Quand une famille est expulsée, elle est à la rue.

Dans d’autres cas, la famille se réfugie, chez des proches, ce qui crée de nouvelles difficultés. Ceci génère  une sur-occupation, dans bien des cas, de l’autre appartement.

L’expulsion locative n’est pas une fatalité, un travail de prévention déjà en partie réalisé permet de prévenir ces expulsions.

Cependant,  cela doit être approfondi par  une médiation qui doit comprendre un déplacement chez la personne afin de regarder ses ressources, l’orienter pour trouver une solution et surtout faire un échéancier pour résorber les loyers impayés qui soit réaliste et tenable pour la personne.

Avoir un logement est un droit fondamental, constitutif de l’identité de la personne, une des solutions consisterait à prendre un arrêté anti-mise à la rue* qui interdirait ces expulsions locatives, sur notre ville. Il faut aujourd’hui dénoncer l’existence de ces violences, qui s’avèrent  traumatisantes pour ces familles, avec la présence d’enfants.

 

* Lors de toute expulsion locative sur le territoire de la commune, il devra être fourni au Maire ou à son représentant qualifié, la justification que le relogement dans un logement décent de la personne expulsée et de  sa famille aura été assuré.

 

Le Mans, le 29 Mars  2017

Conseil municipal du Mans du 29 mars

Intervention de Bernard Breux sur la Décision Modificative

Ce vote intervient dans un contexte général qui interpelle l’opinion, et le regard porté par les gens sur la chose politique est extrêmement sévère.
Je situerai mon intervention, dans une temporalité du mi-mandat pour ce qui concerne notre engagement municipal. En ayant conscience, que certains programmes présidentiels laissent déjà présager toujours plus de restriction sur les budgets des collectivités, avec en conséquence des attaques sérieuses sur les services publics. Sans jamais préciser les quels ? L’éducation ? La culture ?les moyens versés aux associations sportives, de solidarité ? Précisément ce sont ces politiques que nous plaçons au cœur du projet municipal.
De ce point de vue il me parait nécessaire de décrire la réalité contrainte dans laquelle les budgets de la ville ont été construits, depuis le début du mandat.
Cette contribution des collectivités à la réduction du déficit public, pour la ville représente une baisse de dotation de l’état, représentant en perte cumulée sur 4 exercices, un montant de 22 millions d’euros
. Dans le même temps, les lois de finance respectives ont acté le CICE en direction des entreprises, avec que très peu de contrepartie sur l’emploi, à hauteur de 40 milliards d’euros. Avec toujours aucune connaissance réelle des sommes allouées pour les entreprises de notre territoire. Oui nous avons besoin de transparence sur l’utilisation de l’argent publique.
Pour être complet sur la présentation budgétaire de la ville, je rajouterai toutes les mesures décidées par l’état et mises en œuvre par la ville et, donc supportaient pat le budget municipal :
La mise en place des nouveaux rythmes scolaires, avec la mise en place de nombreuses activités auprès des enfants, pour un cout annuel de 2 millions d’euros, pour la ville
Le traitement des passeports, en lieu et place de la préfecture, et depuis le 01.03.2017 pour notre ville-centre le traitement des cartes d’identité, avec des compensations de l’état qui ne sont pas à la hauteur des services rendus aux usagers ;
La hausse du point d’indice des fonctionnaires, même si de notre point de vue, le compte n’y est pas au regard de la feuille de paie des agents, aucune dotation spécifique n’a été fléchées par l’état dans ce sens.

Depuis le début du mandat, cette diminution considérable des dotations (équivalent à plus de 30 points d’impôt, le point rapportant au budget de la ville 690 000 euros), avec le respect de l’engagement d’une évolution modérée de la fiscalité, rend l’exercice de l’équilibre budgétaire délicat.
Nous nous sommes efforcés de garder comme priorité nos missions de service public de proximité pour la population,notament en matière de solidarité, de tranquillité publique…Avec aussi un niveau important d’engagement pour des investissements de proximité.
C’est ce que nous portons auprès de vous M. le Maire, et de l’ensemble de la majorité. Nous avons aussi initié des vœux présentés au conseil municipal, voté à l’unanimité pour que les dotations aux collectivités soient maintenues.
Cette unanimité du conseil ne se traduit pas en actes à d’autres niveaux nationaux de décisions, et c’est raiment regrettable.
Il serait vraiment insupportable d’aggraver, à nouveau cette situation.

Nous voterons cette décision modificative N°1, qui assure l’équilibre général du budget 2017.
Sur le vote des taux, nous voulons préciser que le montant de la taxe d’habitation et de la taxe foncière 2017, payé par le contribuable sera d’abord le résultat de l’augmentation du taux voté par le conseil départemental : + 7.79%. Nous voterons l’augmentation + 1% du taux pour la ville.

Les élus communistes et républicains ont voté contre l’ouverture des 7 dimanches sur la ville. La détoriation des conditions de travail des salariés devant subir ces ouvertures nous amène à voter contre. La loi Macron donne aux communes le soin de choisir les ouvertures le dimanche sans accord sur le territoire de Le Mans Métropole. Cette incohérence montre que les villes de périphéries donnent la possibilité d’ouvrir leurs commerces jusqu’à 12 dimanche par an. Nous refusons que les salariés soient la variable d’ajustement d’un état concurrentiel entre coeur de ville et périphéries. Les perdants demeurent les salariés et les commerçants qui souffrent de cette concurrence déloyale entre territoires.

Plusieurs délibérations ont été portés les élus de la sensibilité communiste du Mans :

François Edom, Sophie Moisy, Yves Calippe, Thierry Samain, Catherine Brulé-Delahaye, Bernard Breux

François Edom a présenté un projet attendu du monde sportif : la salle de tennis de table. Les deux présidents des clubs présents ce soir ont apprécié de voir à l’ordre du jour ce projet tant attendu après l’incendie du gymnase qui les accueillait. Un aboutissement d’un engagement pris lors de la campagne électorale.

De nombreuses subventions envers le monde associatif : handicap, sport, santé, solidarité, prévention.
L’excellent travail des centres sociaux avec la participation d’Yves Calippe et de Thierry Samain a été salué ce soir.

yvesconseil

Les élus FN ont à nouveau montré ce soir leur mépris envers le monde associatif, l’engagement citoyen des bénévoles, des élus. Rappelons que ces élus souvent absents lors des commissions donnent des leçons à des élus qui comme eux ont un contrat de travail à honorer en dehors de leur mandat et qui prennent sur le temps personnel, leur congé, qui mettent en oeuvre leur droit d’élu en perdant du salaire, de l’avancement et des primes. Il est temps de mettre en lumière le discours démagogique de ces donneurs de leçon absents de l’espace public et absents du quotidien solidaire que nous vivons avec l’ensemble de nos concitoyens de notre ville.

Débat autour du service TER en Sarthe avec la CGT : Objectif Service Public

Une délégation japonaise découvre le savoir-faire d’Iveco Bus en matière de développement durable

Iveco Bus a accueilli aujourd’hui au Mans une délégation du ministère du Territoire, de l’Infrastructure, des Transports et du Tourisme de Tokyo, et des sociétés Osaka Gas et Okayama Electric Tramway. Cette délégation a découvert les Crealis articulés à motorisation GNV de la ligne BHNS « Tempo », véritable solution intégrée de transport. C’est quasiment un tour de France qu’effectue cette délégation du 22 au 24 mars avec, pour objectifs, de découvrir les innovations et le savoir-faire d’Iveco Bus dans les domaines du gaz naturel, du Bus à Haut Niveau de Service et de l’aide à la conduite en milieu urbain. Elle a entamé sa tournée par une visite du centre de méthanisation de la Mel (Métropole Européenne de Lille) qui alimente plus d’un tiers de la flotte des 428 autobus du constructeur à motorisation GNV du réseau local Transpole. Puis la délégation s’est rendue à Rouen à la découverte du BHNS Teor (Transport Est-Ouest Rouennais). Pilotés par un système de guidage optique, les autobus Iveco Bus accostent automatiquement et au plus près des stations, garantissant une parfaite accessibilité entre le véhicule et le quai et apportant une aide à la conduite appréciable pour le conducteur. Cette technologie représente une étape essentielle vers l’exploitation d’un véhicule urbain en mode autonome. Enfin, ce périple s’achève demain, vendredi, à l’usine d’Annonay, qui, depuis 2015, produit davantage d’autobus à motorisations à faibles émissions (électrique-hybride et GNV) que diesel, labellisés Origine France Garantie… Un record au service de la protection de l’environnement, précise Iveco Bus.

jfs

Parrainage des enfants en Mairie le 22 Mars

jfs parrainage

Yves Calippe, adjoint aux solidarités, a célébré une séance de parrainages d’enfants menacés d’expulsions, hier en mairie en compagnie des élu-e-s de la majorité. Pour le groupe de la sensibilité communiste, Annick Mathis et Jean-François Soulard étaient présents. Ces enfants scolarisés dans nos écoles publiques sont nos enfants.

« Le parrainage est acte de solidarité et de citoyenneté, le moment que nous vivons fait parti d’une chaîne solidaire qui se consolide par nos actions et nos engagements »

Yves parrainage

Les élus du Mans à l’hommage rendu à Pierre Sémard (discours de Claude Jean)

IMG_20170307_110930-3IMG_20170307_110923-2

C’est avec beaucoup d’émotion qu’au nom de Jean-Claude BOULARD – Sénateur Maire et de toute la municipalité du Mans, que je rends hommage à la mémoire de Pierre SEMARD, fusillé par les nazis, comme otage à la prison d’Evreux, le 7 mars 1942, avec d’autres otages, syndicaliste et communistes, comme Corentin CARIOU et Pierre RIGAUD ;

Fils d’un cantonnier des Chemins de Fer et d’une garde barrière du réseau PLM, Pierre SEMARD sera en 1921, Secrétaire Général de la Fédération des cheminots et un des fondateurs de la CGTU après le congrès de Tours.

Il sera ensuite Secrétaire Général du Parti Communiste Français de juillet 1924 à Avril 1929.

Il est de ceux qui, avec le Parti Communiste, et la CGTU ont écrit l’Histoire de France.

Sa vie de cheminot militant communiste est d’une richesse extraordinaire.

Je soulignerai, au passage, qu’en 1925, il met en œuvre la ligne dite du Front Unique,Alliance antifasciste.

Chacun mesure combien nous avons une proximité avec ce militant de 1925. Car la bête immonde est toujours vivante en Europe et en France avec la menace fasciste du Front National.

Secrétaire Général de la Fédération CGTU des cheminots en 1934, il contribue au Front Populaire ; la Fédération des cheminots atteignit 370 000 adhérents en 1937.

Arrêté dès le 20 novembre 1939, il est fusillé le 7 mars 1942.

Le parcours exemplaire de ce militant communiste doit être toujours rappelé ;

Sa mémoire résonne particulièrement aujourd’hui.

Pierre SEMARD nous dit «que ce qui nous unit est plus fort que ce qui peut nous diviser et que le fascisme ne passera pas ».

Intervention du Syndicat CGT des Cheminots Actifs et Retraités de la SARTHE Mardi 7 mars 2017 – Commémoration 75ème anniversaire de l’assassinat de Pierre SEMARD.

Mr le Maire, Mme la députée,  Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames, Messieurs les Responsables d’Organisations d’Anciens Combattants, Chers amis, Chers Camarades,

 

Le syndicat CGT des cheminots actifs et retraités de la Sarthe rend hommage à Pierre SEMARD assassiné par les nazis le 7 mars 1942 à Evreux. Fils d’un cantonnier et d’une garde de barrières, embauché en 1910 à l’âge de 23 ans au réseau PLM. Militant CGT dès le début de sa carrière, son engagement lui valut d’être écarté du secrétariat du chef de gare pour être muté au service des trains. Homme engagé, syndicalement et politiquement. Il demeure une figure emblématique du résistant.

En 1920, il fait partie des 17000 révoqués au même titre qu’Henri BARBIN, alors secrétaire du Syndicat des cheminots du Mans, suite à la grève des cheminots qui permis d’obtenir le 1er Statut. Pierre SEMARD fut réintégré par la suite et pris des responsabilités en devenant secrétaire général de la Fédération des cheminots en 1921. Son appartenance au Parti Communiste, dont il fût le secrétaire général, lui valut d’être condamné à 3 ans de prison le 6 avril 1940.

Avant d’être fusillé par les nazis le 7 mars 1942, il a rédigé une lettre :

Je cite : « Je meurs avec la certitude de la libération de la France. Dites à mes amis les cheminots que ma dernière volonté est qu’ils ne fassent rien qui puisse aider les nazis. Les cheminots me comprendront, ils m’entendront, ils agiront ! J’en suis convaincu… Adieu chers amis, l’heure de mourir est proche. Mais je sais que les nazis qui vont me fusiller sont déjà des vaincus et que la France saura poursuivre son combat. »

Les cheminots ont entendu son appel, multipliant les actes héroïques désorganisant le transport indispensable à la machine de guerre allemande.

A ce titre, Pierre SEMARD, est donc notre héritage collectif, toutes générations de cheminots confondues. C’est aussi l’un des éléments constitutifs de notre culture cheminote, avec ses valeurs, ses traditions de lutte que nos gouvernants et dirigeants voudraient voir disparaitre. En 1937, d’ailleurs, il défendait l’idée d’une véritable nationalisation des chemins de fer, devant être accompagnée d’une coordination effective de tous les modes de transport dans l’intérêt des usagers et de la collectivité toute entière.

Nous associons à son combat, toutes celles et ceux qui comme lui, sont entrés dans l’action comme de nombreux militants ouvriers syndicalistes, souvent communistes et qui ont été livrés par l’Etat Français aux nazis qui les ont fusillés, comme ce fut le cas de Pierre SEMARD, mais aussi des martyrs de Châteaubriant dont le jeune Guy MOCQUET, 17 ans.

A l’heure où les acquis de la Libération issus du CNR tels que notre sécurité Sociale, œuvre d’Ambroise Crozat, ministre du Travail communiste  mais aussi nos Services Publics sont victimes d’attaques multiples. La xénophobie et le racisme s’affichent au grand jour, où la paix mondiale est chaque jour plus menacée, la CGT a fait le choix de contribuer à la transmission, entre générations de cheminots, de ce qui a été et reste essentiel de notre histoire.

Connaitre et comprendre les acquis sociaux est indispensable aujourd’hui pour combattre les décisions politiques visant à les réduire sous prétexte de crise. Les salariés ne doivent pas être les victimes d’une crise dont ils ne sont pas responsables. Leur souffrance au travail se traduit par une montée des intentions de vote pour le FN, ce désespoir généré par la crise capitaliste qui invite au repli sur soi est un enjeu majeur pour les élections à venir …

Permettez-moi quelques mois sur la situation des cheminots ne sont pas en reste puisqu’ils subissent de nombreuses suppressions d’emplois, moins 1 000 sur notre Région des Pays de la Loire en 10 ans…

Le site ferroviaire du Mans est en danger :

  • Les Ateliers SNCF survivent pour combien de temps si une véritable politique de réindustrialisation n’est pas mise en œuvre.
  • Le Technicampus est menacé.
  • La résidence TGV des contrôleurs du Mans est menacée de fermeture au 1er juillet
  • Le dépôt du Mans est visé dans les réorganisations.
  • Les directions d’établissement sont toutes réorganisées sur Nantes (Infrapôle, Traction, Contrôleurs), sauf l’Etablissement TGV.
  • Les gares TER d’Arnage, Ecommoy, La Suze, Connerré sont menacées de fermeture et le reste des gares seraient ouvertes en journée, à des horaires ne correspondant plus aux besoins des usagers…
  • Quel avenir pour les TER à l’heure de la mise en concurrence forcée suite à la Loi Macron et la volonté du Conseil Régional d’expérimenter la mise en concurrence à l’occasion des négociations sur la Convention TER des Pays de la Loire ?
  • Quel avenir pour les cheminots, quel avenir pour les emplois en Sarthe, quel avenir pour la ville du Mans et le département de la Sarthe ?…

Nous ne pourrions ici énumérer tous les coups portés aux salariés, mais la liste est longue et la souffrance ne peut être combattue que par la rue… N’oublions pas que demain se déroulera la Journée de lutte pour les droits des femmes en rappelant qu’à 15h40, leur activité devrait s’arrêter au regard de la différence salariale de 26 % entre les femmes et les hommes.  Mais à la CGT, c’est tous les jours que nous les soutenons en défendant leurs droits, notamment l’égalité professionnelle et la lutte contre le sexisme. D’autre part, la CGT organisera un débat le 23 mars sur cette question en présence de Sophie Binet, membre de la Confédération.

Les cheminots se rassembleront avec l’interpro aujourd’hui au Mans pour combattre la casse des Services Publics avec un rendez-vous à 14h15 à l’Hôpital du Mans, d’autres cheminots seront aussi à Nantes dès 15h30 pour accueillir Monsieur PEPY qui se glorifie de son action sur l’emploi cheminots auprès des associations …

D’autres échéances marqueront aussi le calendrier comme l’action interprofessionnelle du 21 mars prochain dans le cadre d’une politique de réindustrialisation et de la défense des Services Publics ou encore la réunion publique du mardi 28 mars pour débattre de l’avenir des TER, et je profite de cette rencontre aujourd’hui pour renouveler notre invitation à monsieur le Sénateur Maire.

Lucie AUBRAC, résistante qu’on ne présente plus disait : « Le verbe résister doit toujours se conjuguer au présent ! ». Si notre combat aujourd’hui n’est plus contre les nazis il est marqué par le combat pour la dignité humaine, le respect des droits de l’Homme et la lutte contre le Capital qui concentre 1% de la population percevant 99% des richesses produites.

Chères et chers amis et camarades, même si elle se présente sous d’autres formes, la criminalisation des syndicalistes et tout particulièrement celle des militants CGT, n’est pas qu’une affaire du passé.

A la suite des mouvements de juin 2014 pour une autre réforme du système ferroviaire français, de 2016 pour une convention collective du ferroviaire de haut niveau et pour gagner un Code du travail du 21ème siècle, des camarades de la CGT dont des cheminots ont été trainés devant les tribunaux et traités comme de vulgaires criminels parce qu’ils étaient ciblés comme des dirigeants du mouvement social.

Encore à l’heure actuelle, comment ne pas se révolter lorsque des syndicalistes sont traduits en justice, poursuivis comme des terroristes pour le simple fait de s’être engagés dans les luttes contre la fermeture de leur entreprise, contre les délocalisations ou simplement d’avoir assumé leur rôle de responsable syndical CGT.

Alors oui, honorer la mémoire de Pierre Sémard en 2017, 75 ans après son assassinat, n’a rien d’archaïque ou de passéiste comme certains pourraient le laisser penser. Bien au contraire, se souvenir de ce combattant, de ce militant syndical et politique qui nous a fait l’honneur d’être le premier dirigeant de notre fédération, c’est nous engager à poursuivre les mêmes combats. C’est perpétuer inlassablement cette bataille pour une société plus humain et plus juste, pour la paix entre les peuples. C’est nous attacher à être très modestement, mais avec lucidité et détermination, ses dignes et fiers héritiers.

Le syndicat CGT des Cheminots Actifs et Retraités de la Sarthe vous remercie de votre   attention et de votre présence en l’honneur d’un grand Homme et Camarade.   Merci.

Quand la presse oublie d’informer la population de décisions importantes qui les concernent directement : Augmentation du CICE !

Le 27 février 2017

finance

Le CICE… quel gâchis !!!  Pas pour tout le monde

Créé dans la loi de finances 2013, ce Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi était censé créer un choc vertueux.

A l’origine, il représentait 4% de la masse salariale des salaires jusqu’à 2.5 fois le SMIC.

Ce taux est passé à 6% en 2014.

Toutes les entreprises, qu’elles soient « PME-PMI » ou entreprises du CAC 40 y ont eu droit.

La loi partait sur des créations d’emplois, des investissements, plus de formation…

Que nenni !!!

Parlons chiffres

Sur 2013-2014, le très officiel Comité de suivi gouvernemental parle de la création de 50 à 100 000 emplois…pour 33 milliards d’€ d’aide publique engloutis.

Ça fait l’emploi à …plus de 300 000 €.

Qui plus est, les entreprises ont un grand intérêt à maintenir les salaires à moins de 2,5 fois le SMIC …pour continuer à percevoir du CICE.

Passons sur le fait que ces mêmes entreprises du CAC 40 bénéficiaires du CICE ont distribué en 2016 (année record) 55,7 milliards  d’€ de dividendes à leurs actionnaires.

La loi interdit aux entreprises de rémunérer leurs actionnaires à l’aide du CICE…mais le site internet du ministère de l’économie et des finances indique aussi qu’aucun contrôle ne sera réalisé sauf sur l’assiette de calcul de ce CICE.

Mais il y a du nouveau !!!

La loi de finances 2017 porte le taux de calcul à …. 7% (au lieu de 6%), soit plus de 16% et ce, en toute confidentialité.

Merci, oui merci beaucoup à nos collègues élu-e-s du Mans, Députées, Ministre, Sénateur d’avoir voté cette loi de finances qui aide encore plus les entreprises qu’elle qu’en soit la taille.

Citation de notre sénateur-maire il y a moins de 6 mois : « une des erreurs de ce gouvernement est d’avoir institué le Pacte de Responsabilité et le CICE ».

Faites ce que je dis…pas ce que je fais.

Jean-François SOULARD