Hommage de Jean-François SOULARD à Pierre Semard

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de l’hommage prononcé par Jean-François SOULARD à Pierre SEMARD, lors de la commémoration du 76ème anniversaire de sa disparition.

« Hommage à Pierre SEMARD

Mercredi 7 mars 2018 au Mans

Mesdames, Messieurs,
Chers Amis, Chers Camarades,

Pierre Semard reste le symbole sous la Seconde Guerre mondiale du martyre des cheminots.

Ce samedi 7 mars 1942, notre Camarade devait tomber sous les balles d’un peloton d’exécution. Cet assassinat est en fait le tragique épilogue d’une succession de mesures répressives à son encontre.

Cheminot à la Compagnie des chemins de fer du PLM, il est révoqué le 8 mai 1920 en raison de la part qu’il prend aux grandes grèves menées cette année là.

P Semard 2

Membre de la commission exécutive de la C.G.T.U. il est parmi les fondateurs du « Comité d’Action contre l’impérialisme et la guerre ». Il participe ainsi à la conférence d’Essen, qui marque la solidarité des travailleurs et des soldats, en janvier 1923. Arrêté à son retour, avec Gaston Monmousseau, Gabriel Péri et d’autres militants, il est plusieurs mois incarcéré. Il le sera à nouveau, en 1927.

Démis de son mandat de membre du Conseil d’Administration de la SNCF le 10 décembre 1938, afin de l’empêcher d’exercer son mandat de 1er responsable de la Fédération CGT des cheminots, le Ministre des Travaux Publics de l’époque le relègue comme employé à la gare de Loches. Cependant, même dans cette petite sous-préfecture de l’Indre et Loire, il ne cesse d’être actif.

Après avoir été mobilisé le jour même où éclate la guerre en Europe, il est à peine deux mois plus tard, emprisonné en octobre avec Raymond Tournemaine, tout deux accusés de détournement de fonds syndicaux pour avoir refusé de livrer l’avoir financier de leur fédération syndicale.

L’accusation prétexte ne tient pas longtemps, il est néanmoins traduit devant le tribunal militaire permanent de Paris où, le 6 avril 1940, il est condamné à 3 ans de prison et à 5 ans de privation de ses droits civiques. Il est révoqué de la SNCF.

En vérité, le vrai chef d’accusation est identique à celui qui servira à jeter en prison des centaines de ses camarades, il est communiste.

Nous sommes à deux mois de l’invasion du pays par la peste brune. Au lieu de la combattre, c’est contre les antifascistes, anti hitlériens notoires, que le gouvernement du moment s’acharne.

Incarcéré dans un premier temps à Bourges, puis transféré au début de l’année 1942 au camp de Gaillon, il y est pris comme otage pour être fusillé.

Le crime devait, d’après ses auteurs, débarrasser le terrain de la lutte de classe portée par cet adversaire redoutable, l’évènement se retourna contre eux. Au lendemain de l’annonce du meurtre. La Tribune des Cheminots, je journal de la Fédération CGT des Cheminots, édité à l’époque dans la clandestinité, publie sa dernière lettre. Expression d’une certitude se muant en un cri d’espérance.

« Je meurs certain de la victoire sur les fascistes et de la libération de la France. Dites à mes camarades cheminots que je les adjure de ne rien faire qui puisse aider les nazis. Ils me comprendront et m’écouteront, ils agiront, j’en suis sûr ».

P Semard 1

Son appel fut entendu, la résistance des cheminots dès lors s’amplifie, pour porter le 10 août 1944 par la grève, un coup terrible à l’occupant.

La seule grève de notre longue histoire professionnelle, éminemment politique puisqu’elle fut « insurrectionnelle » est officiellement et annuellement commémorée, avec les honneurs militaires, par une cérémonie à l’Arc de Triomphe.

Juliette son épouse qui assure la liaison entre les lieux d’emprisonnement, la direction illégale de la Fédération CGT des Cheminots et la Résistance est arrêtée et déportée à Ravensbrück, sa fille Yvette est également emprisonnée.

Une résistance de femmes au quotidien, égale, qu’il convient aussi, tout particulièrement à la veille du 8 mars, de saluer et de rappeler.

Le meilleur hommage que nous puissions rendre à notre camarade Pierre Semard, 76 ans après sa disparition tragique, réside bien dans la poursuite de ses idéaux, dans le fait de ne jamais oublier le sens profond de son engagement et de ses actes.

Je suis persuadé qu’aujourd’hui, Pierre Semard inciterait les cheminots, la population à combattre celles et ceux qui veulent casser cette belle entreprise nationalisée en 1937 sur les ruines des compagnies privées après que les banquiers les aient abandonnés.

Le combat doit continuer. »

Une réflexion au sujet de « Hommage de Jean-François SOULARD à Pierre Semard »

  1. je pense quon devrais poser cette question a nos technocrates, leurope est elle rentable deja avant de soccuper des autres Je suis cheminot a la retraite jai etais un des dernier a partir a55ans les autres partent a 57 58 voir pour certains a 60 chez les personnels non roulants. Et ces cons de journaleux qui nous traite de privilégiées sauf de parler de certains je veut dire les intouchables députés sénateurs anciens présidents qui conservent leurs aquis a vie. Je me souviens du bon temps ou la SNCF etais dirigée par des cheminots pas par des technocrates européistes et mondialistes comme aujourdhuit. Ce serais trop long a expliquer pourquoi la sncf et toutes les autres entreprises de létat air france léducation nationnale les hopitaux sont si mal géres aujoudhuit. Cherchez lérreur on EN VEUT PLUS DE CETTE EUROPE qui détruit tout jusqua nos vies personnelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *