OUest France du 16 Mai 2017

Homosexualité : vers un 2e lieu d’aide et d’écoute, au Mans
moonlight Le film Moolight, trois fois oscarisé, sera projeté ce mercredi 17 mai aux Cinéastes. Le film Moolight, trois fois oscarisé, sera projeté ce mercredi 17 mai aux Cinéastes. | Ouest-France

Par Julien BELAUD.

À l’occasion de la journée internationale de lutte contre l’homophobie, ce mercredi, le Planning familial annonce la création d’une permanence d’aide et d’écoute. Dans ce cadre, le film Moonlight sera projeté aux Cinéastes.

Suis-je homosexuel (le) ? Pour accueillir les jeunes qui se posent cette question, le Planning familial va mettre en place une permanence, au mois de septembre, dans son local, place de l’Éperon. « Son but sera de les écouter, de les informer, de les soutenir et les accompagner, indique Sébastien Vallée, le directeur adjoint. Cette initiative est liée à la recrudescence de demandes de mineur(e)s et jeunes majeur(e)s autour de ces questions d’orientation sexuelle. »
L’association Homogène, dédiée à la lutte contre les discriminations dont sont victimes les LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transidentitaires), offre déjà écoute et main tendue, le jeudi de 17 h 30 à 19 h 30, au 26, avenue du Général-de-Gaulle. Les deux permanences seront complémentaires.
Pour récolter des fonds, le Planning familial et Homogène organise un ciné-débat, ce mercredi aux Cinéastes, en partenariat avec la Ville. À l’affiche, Moonlight, de Barry Jenkins.

Ce mercredi 17 mai, aux Cinéastes, rue du Général-de-Gaulle. Émission en direct avec Radio Alpa à 16 h, projection du film Moonlight à 18 h 30 (tarif unique, 5 €), puis échanges avec la salle et verre de l’amitié.

Conseil municipal du Mans du 29 mars

Intervention de Bernard Breux sur la Décision Modificative

Ce vote intervient dans un contexte général qui interpelle l’opinion, et le regard porté par les gens sur la chose politique est extrêmement sévère.
Je situerai mon intervention, dans une temporalité du mi-mandat pour ce qui concerne notre engagement municipal. En ayant conscience, que certains programmes présidentiels laissent déjà présager toujours plus de restriction sur les budgets des collectivités, avec en conséquence des attaques sérieuses sur les services publics. Sans jamais préciser les quels ? L’éducation ? La culture ?les moyens versés aux associations sportives, de solidarité ? Précisément ce sont ces politiques que nous plaçons au cœur du projet municipal.
De ce point de vue il me parait nécessaire de décrire la réalité contrainte dans laquelle les budgets de la ville ont été construits, depuis le début du mandat.
Cette contribution des collectivités à la réduction du déficit public, pour la ville représente une baisse de dotation de l’état, représentant en perte cumulée sur 4 exercices, un montant de 22 millions d’euros
. Dans le même temps, les lois de finance respectives ont acté le CICE en direction des entreprises, avec que très peu de contrepartie sur l’emploi, à hauteur de 40 milliards d’euros. Avec toujours aucune connaissance réelle des sommes allouées pour les entreprises de notre territoire. Oui nous avons besoin de transparence sur l’utilisation de l’argent publique.
Pour être complet sur la présentation budgétaire de la ville, je rajouterai toutes les mesures décidées par l’état et mises en œuvre par la ville et, donc supportaient pat le budget municipal :
La mise en place des nouveaux rythmes scolaires, avec la mise en place de nombreuses activités auprès des enfants, pour un cout annuel de 2 millions d’euros, pour la ville
Le traitement des passeports, en lieu et place de la préfecture, et depuis le 01.03.2017 pour notre ville-centre le traitement des cartes d’identité, avec des compensations de l’état qui ne sont pas à la hauteur des services rendus aux usagers ;
La hausse du point d’indice des fonctionnaires, même si de notre point de vue, le compte n’y est pas au regard de la feuille de paie des agents, aucune dotation spécifique n’a été fléchées par l’état dans ce sens.

Depuis le début du mandat, cette diminution considérable des dotations (équivalent à plus de 30 points d’impôt, le point rapportant au budget de la ville 690 000 euros), avec le respect de l’engagement d’une évolution modérée de la fiscalité, rend l’exercice de l’équilibre budgétaire délicat.
Nous nous sommes efforcés de garder comme priorité nos missions de service public de proximité pour la population,notament en matière de solidarité, de tranquillité publique…Avec aussi un niveau important d’engagement pour des investissements de proximité.
C’est ce que nous portons auprès de vous M. le Maire, et de l’ensemble de la majorité. Nous avons aussi initié des vœux présentés au conseil municipal, voté à l’unanimité pour que les dotations aux collectivités soient maintenues.
Cette unanimité du conseil ne se traduit pas en actes à d’autres niveaux nationaux de décisions, et c’est raiment regrettable.
Il serait vraiment insupportable d’aggraver, à nouveau cette situation.

Nous voterons cette décision modificative N°1, qui assure l’équilibre général du budget 2017.
Sur le vote des taux, nous voulons préciser que le montant de la taxe d’habitation et de la taxe foncière 2017, payé par le contribuable sera d’abord le résultat de l’augmentation du taux voté par le conseil départemental : + 7.79%. Nous voterons l’augmentation + 1% du taux pour la ville.

Les élus communistes et républicains ont voté contre l’ouverture des 7 dimanches sur la ville. La détoriation des conditions de travail des salariés devant subir ces ouvertures nous amène à voter contre. La loi Macron donne aux communes le soin de choisir les ouvertures le dimanche sans accord sur le territoire de Le Mans Métropole. Cette incohérence montre que les villes de périphéries donnent la possibilité d’ouvrir leurs commerces jusqu’à 12 dimanche par an. Nous refusons que les salariés soient la variable d’ajustement d’un état concurrentiel entre coeur de ville et périphéries. Les perdants demeurent les salariés et les commerçants qui souffrent de cette concurrence déloyale entre territoires.

Plusieurs délibérations ont été portés les élus de la sensibilité communiste du Mans :

François Edom, Sophie Moisy, Yves Calippe, Thierry Samain, Catherine Brulé-Delahaye, Bernard Breux

François Edom a présenté un projet attendu du monde sportif : la salle de tennis de table. Les deux présidents des clubs présents ce soir ont apprécié de voir à l’ordre du jour ce projet tant attendu après l’incendie du gymnase qui les accueillait. Un aboutissement d’un engagement pris lors de la campagne électorale.

De nombreuses subventions envers le monde associatif : handicap, sport, santé, solidarité, prévention.
L’excellent travail des centres sociaux avec la participation d’Yves Calippe et de Thierry Samain a été salué ce soir.

yvesconseil

Les élus FN ont à nouveau montré ce soir leur mépris envers le monde associatif, l’engagement citoyen des bénévoles, des élus. Rappelons que ces élus souvent absents lors des commissions donnent des leçons à des élus qui comme eux ont un contrat de travail à honorer en dehors de leur mandat et qui prennent sur le temps personnel, leur congé, qui mettent en oeuvre leur droit d’élu en perdant du salaire, de l’avancement et des primes. Il est temps de mettre en lumière le discours démagogique de ces donneurs de leçon absents de l’espace public et absents du quotidien solidaire que nous vivons avec l’ensemble de nos concitoyens de notre ville.